Un tout nouveau livre !

"Genève, émois" est paru le 16 juillet 2019 aux Editions des Sables. Très grande joie !!!! Une déclaration d'amour à la ville de Genève sous forme de courts récits.

Un vernissage aura lieu à l'automne. En attendant, je serai l'invitée de l'émission "7 milliards de voisins" sur RFI le 2 août 2019, en direct de 12h10 à 13h10 afin de présenter ma vision de Genève.

4ème de couverture :

Entre déambulations rêveuses, chroniques impertinentes et déclarations d’amour enflammées, ce livre nous présente une Genève aux aspects multiples.

Il nous emmène sur la rive droite du lac, dans le monde des internationaux et des expatriés. Il nous fait entrer au sein du Palais des Nations et nous en révèle quelques secrets. Il nous promène le long des rives d’un Léman sans frontières et sublimé.

Plus que tout, il nous dévoile une Genève symbole de paix, pas seulement au niveau de ses institutions humanitaires, mais aussi en tant que ville qui agit comme « un baume, une apaisante caresse, une main sur le front posée ».

Roman - Editions Favre

 

  • "Le nid vide", Récit d'un mal de mère, publié aux Editions Favre.

Dans cet ouvrage écrit sous forme de roman, la question du départ des enfants est envisagée à travers deux mois de la vie d'une femme confrontée au départ de l'un de ses fils pour un autre continent.

L'humour et la dérision flirtent avec la tristesse et la nostalgie. "Le mélange est sucré-salé", a déclaré une lectrice.

"Enfin un livre qui parle du moment où les enfants quittent le nid. C'est une étape de vie majeure et on n'a pas vraiment l'occassion d'en parler", a dit une autre.

Laissez-vous porter par l'histoire, riez et pleurez avec l'héroïne ; au-delà de ce récit, c'est vers une réflexion sur les changements en général que vous serez amenés à faire. (extraits ci-dessous)

Pour le trouver :  - dans les librairies   - en ligne

  https://www.amazon.fr/nid-vide-Marie-jose-Dastree/dp/2828914305/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1466880307&sr=8-1&keywords=le+nid+vide

Les droits d'auteur ont été reversés à la Fondation As'Tram https://www.astrame.ch/uploads/astrame/Astrame/ASTRAME_Rapport2015_GENEVE.pdf

Poèmes et récits de voyage

Avec Vesna Cjvetanovic et Danny Marc.

Publication d'un poème et de deux récits de voyages dans la revue annuelle "Les cahiers du sesns", le Nouvel Athanor, 2019 sur le thème de "l'impatience". Beaux échanges avec d'autres poètes au Marché de la poésie.

Publication d'un poème intitulé "Dis-moi" dans la revue annuelle "Les cahiers du sesns", le Nouvel Athanor, 2018 - http://lenouvelathanor.com/revue-les-cahiers-du-sens, éditions 2018.

Publication d'un poème dans "l'anthologie 2018-2019" du Lion's Club. Editions Yellowstone. Une jolie aventure pour la création d'un ouvrage collectif. Les bénéfices des ventes seront intégralement destinés au financement de chiens-guides pour aveugles.

 

Essais et poèmes - Ex Tempore - la Revue des Ecrivains de l'ONU

- Publication d'essais, de nouvelles et de poèmes dans la revue annuelle des Ecrivains de l'ONU, édition 2019

- Publication de trois essais : "Gris", "Jaillissement" et perpétuité dans l'édition 2018.

- Publication d'un poème intitulé "Soeur", d'une nouvelle: "Tourner la page" et d'un essai "De grâce", dans l'édition 2017

- Publication d''un essai : "Un monde moderne", et de 2 poèmes : "El niño" et "J'entends la pluie" dans l'édition 2016

http://extempore.ch/ 

(extraits ci-dessous)

Poésie contemporaine - Boomerang

Crédits photo : Elisa Murcia Artengo

Parution de poèmes dans Boomerang, Collectif de poésie contemporaine.

https://www.boomerangreview.net/

Participation à des événements tels que Makaronic (2015) ou aux journées sur l'hospitalité organisées par le théâtre du Galpon à Genève (2017)

Lectures et écritures, en compagnie d'autres poétes et artistes.

 

 

 

5) Autres publications

 

(Pour découvrir les livres que j'ai traduits et les articles de presse que j'ai écrits, cliquez sur les mot "Traductrice" ou "Rédactrice" dans la barre rose ci-dessus. Merci).

 

Extraits

Deux extraits du "Nid vide"  (les deux textes choisis ne se suivent pas dans le livre)

                                                     Josiane 

Théâtre de verdure avec Josiane. Pique-nique sur pelouse sage du Parc Lagrange. Jazz dans la nuit. Le spectacle était sur la scène –et à mes côtés. Josiane est un être théâtral. Elle a ses unités de lieu, de temps, d’action, ses scénario bien rodés, ses cohortes de personnages. En vrac, on y trouve : les collègues de bureau, la gent masculine, les voisins, la famille. Avec un minimum de pratique, il est possible de décrocher assez souvent lorsqu’elle parle. Les anecdotes tournent en boucle et aucun prénom n’est prononcé. Son univers se résume à des rôles.

Viennent en tête : « macolloègue », « lastagiaire », « macheffe » (dont une variante peut être « lautrekonne »), ou encore «mavoisine » (nous avons « lavoisinedacoté » aussi, beaucoup plus sympathique car moins bruyante), « mamère » ou « macopine » (relever le niveau d’attention pour ce rôle car il me semble recouvrir différentes personnes). Pour les hommes, nous noterons « leNicolas » (jamais « Nicolas », il incarne à lui seul tous les « Nicolas » de la terre), « lalsacien » (réduit à son identité géographique, allez savoir pourquoi) et « monex » (qui occupe une place non négligeable dans les récits, deux ans de vie commune, une promesse de mariage il y a dix ans).

Des personnages secondaires tels que « Yenaunkimcouraprès » surgissent parfois dans les récits. Ils sont susceptibles d’être présents pendant quelques semaines. Si la séquence verbale qui suit est « il est marié mais il ne s’entend pas avec sa femme», il est possible de se remettre en veille, il disparaitra sous peu. Récemment, « Brouteminou » est entré en scène mais, compte tenu de la spécificité de son rôle, les séquences sont peu variées et ne nécessitent donc pas d’effort de concentration de ma part.

...

-------

Ma journée avec Amélie

Zut, je suis tombée dans mon Kindle et j’y ai passé une bonne partie de la journée. Je l’avais « chargé » en livres pour le voyage. Chaque gramme compte quand il s’agit de trimballer une valise.

 Là, j’ai voulu juste jeter un œil sur l’un des livres, celui d’Amélie Nothomb, et, dès les premières lignes, j’ai su que j’étais happée. Des lettres échangées avec un GI obèse. Heureusement que je n’écoute jamais les présentations de ses livres, je ne les achèterais pas, sinon. Une fois engagée dans le bouquin, et bien, c’est simple, je n’ai pas pu en sortir.

 Je me suis adressé des réprimandes, à deux ou trois reprises pour mieux savourer ma délicieuse culpabilité. Je me conseillais de prendre mon temps. Je n’y suis pas parvenue. C’est comme avec une plaque de chocolat. Ou avec l’amour... Soit je ne touche pas, soit je vais au bout du truc.

 ....

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un texte publié dans Ex Tempore

Ecuyer des temps modernes 
 
A 8 heures, chaque matin, au pied du seul immeuble du quartier dont les terrasses ouvrent vers le ciel, tourne le moteur d’une Mercedes. Un monstre sombre qui crache ses gaz tel un cheval puissant en train de piaffer. 
Le long de ses flancs, un homme en chemise blanche-costume noir-chaussures cirées lustre le capot, frotte les plaques, fait briller le chrome des poignées, s’assure d’une température constance dans l’habitacle climatisé et insonorisé. 
Ecuyer des temps modernes, il prend soin de la monture de son maître.
Surgit enfin de l’entrée un homme cravate-mallette-lunettes-peau cuivrée-allure pressée et Sancho Panza s’efface pour le laisser passer. Puis il claque la portière avec délicatesse et fermeté (existe-til une formation spéciale pour apprendre aux chauffeurs à fermer ainsi la portière avec délicatesse et fermeté ?). 
Ils sortent de mon champ de vision pour rejoindre le quartier des institutions internationales. 
Là, dans un bureau aux tapis épais et aux murs capitonnés, un Don Quichotte en cravatelunettes-mallette s’attaquera aux questions de droits de l’homme, de protection de la planète et de conquête des libertés. 
Nous vivons des Temps modernes. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Extrait d'n poème publié dans Boomerang

 

Hospitalité

Au portes l’hospitalité, veille le /h/, consonne silence, qui aspire ou inspire, privée de phonétique, elle se venge par le biais de ses graphies multiples :

H majuscule, ...

----------------------

Extrait de "Dis-moi", publié dans "Les cahiers du sens" 2018

"Dis-moi tes feuilles mortes et ton soleil

Avant que l'hiver ne nous emporte

Près de moi viens t'asseoir

...

---